Je m’appelle Radar

Paru le 10 mars 2016

L’histoire est un kaléidoscope, et la vie un spectacle de marionnettes qui sont recyclées ou qui disparaissent quand leur rôle est terminé. Au début du cercle : Radar. Il naît dans le New Jersey en 1975 alors qu’une panne d’électricité plonge l’hôpital dans le noir. Lui-même vient au monde avec une peau d’un « noir d’aubergine » alors que ses parents sont blancs et que Charlene, sa mère, est une femme fidèle. Déboussolée par la couleur de peau de son petit garçon, Charlene le soumet à une batterie de tests. Après des années de vaine quête auprès de différents médecins, Charlene et son mari Kermin, un génie des ondes radioélectriques serbe, tentent un ultime essai : ils acceptent la bizarre invitation de Kirkenesferda, un groupe d’artistes-scientifiques du grand Nord norvégien. La roue du roman tourne. Arrêt sur la Serbie, 1992, en pleine guerre civile. Miroslav crée des spectacles bouleversants où, dans des boîtes noires, de minuscules marionnettes plus vraies que nature rejouent ou réinventent des événements du réel.

http://www105.zippyshare.com/v/5v6s2z4k/file.html

Advertisements