Requiem à huis clos

Paru le 12 avril 2016

Version japonaise du mystère de la chambre close.
À Kyoto, lors de l’exposition de Reiko, artiste peintre, une jeune femme est frappée d’effroi devant un tableau.
Des éléments présents dans l’oeuvre suggèrent que l’artiste sait ce qui est arrivé au mari de cette jeune femme, Takao, disparu cinq ans plus tôt sans laisser de trace.
Peu après, sur le lieu même de la disparition de Takao, un corps est découvert. Un meurtre à huis clos qui rappelle étrangement les circonstances de cette disparition : personne n’a pu ni entrer ni sortir, toutes les issues étant verrouillées de l’intérieur.
Asami, camarade d’université de Reiko, mène l’enquête et ramène au jour un passé enfoui. Sans se décourager, elle n’aura de cesse de rechercher la vérité dissimulée dans le mystérieux tableau.

Sur une trame qui fait monter l’angoisse, se tisse une intrigue pleine de suspens, qui a remporté le prix Ayukawa Tetsuya en 2004.

Le récit, avec Kyoto pour toile de fond, entretient un rapport direct avec Paris (l’artiste peintre s’y rend souvent). L’enquête est menée par une héroïne typique de la trentenaire japonaise célibataire. Ce roman illustre de nombreux traits caractéristiques de la société japonaise, et constitue ainsi à la fois une bonne introduction à la culture japonaise pour les lecteurs de polars venus d’autres horizons et un véritable plaisir pour les japanophiles qui leur permettra de savourer la littérature japonaise qu’ils aiment à travers un genre – le roman policier – très populaire en France. Le tout en maintenant une tension permanente pour aboutir à une fin surprenante et inattendue.

Un roman qui vous fera vivre le Japon moderne, dans sa ville la plus traditionnelle, à travers une intrigue sans issue possible, cheminant dans l’atroce réalité de l’esprit humain et de la folie.

http://www62.zippyshare.com/v/QnK5rJDz/file.html

Advertisements